trekking ou la theorie des ponts/j lemieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

trekking ou la theorie des ponts/j lemieux

Message  bounty le Jeu 18 Mar - 14:30

La théorie des ponts
ou pourquoi les enfants adoptés testent-ils autant les limites de leurs parents?

Lemieux, J. La théorie des ponts ou pourquoi les enfants adoptés testent-ils
autant les limites de leurs parents? L'adoption internationale : démystifier le
rêve pour mieux vivre la réalité Le monde est ailleurs inc. 2002 : 31-33.

Imaginez que vous soyez en voyage de trekking au Népal. Votre guide sherpa,
celui-là même qui est chargé de vous aider, de vous guider, de vous faire
traverser sans danger les torrents, les canyons et les chemins escarpés vous
fait traverser un premier puis un deuxième ainsi qu'un troisième pont de
cordes et que tous les ponts, sans exceptions, se sont cassés, brisés et se
sont écroulé sous vos pieds ! Imaginez que vous êtes tombés et vous vous
êtes blessés à plusieurs reprises.

6.1) Le vécu pré-adoption : un trekking qui tourne mal

Votre fameux sherpa vous promet, vous assure que le quatrième pont que vous
devez traverser est parfaitement solide. Vous êtes en pleine montagne, en plein
milieu de nulle part, vous savez que vous n'avez pas le choix : pour entrer au
camp de base, il faut traverser cette rivière ... mais vous êtes méfiant,
blessé voir traumatisé par les ponts ...

Qu'allez vous faire cette fois ? Faire entièrement confiance au sherpa ?
Remettre votre vie entre ses mains et encore une fois sans méfiance? Non, bien
sur! Cette fois vous allez vérifier la solidité du pont en l'inspectant
vous-même dans les moindres détails : au-dessous, par-dessus, vous allez tirer
sur les cordes, brasser la structure avec force et même violence, lancer de
lourdes roches au milieu, sauter à deux pieds joints sur les côtés puis
revenir en courant pour observer avec anxiété ses réactions, sa stabilité.

Si le pont perd des morceaux vous m'allez pas vous y engager ... Vous allez
peut-être même choisir de le mettre en pièces pour en reconstruire un autre
moyen de transport : un bateau par exemple ...
Par contre, si le pont reste fort, souple et solide malgré vos tentatives de le
fragiliser, vous serez confiant, rassuré et vous ferez le choix de vous y
engager sans trop de peurs malgré vos mauvaises expériences passées.

Les ruptures, les abandons, les négligences subies par notre enfant avant son
adoption sont autant de« trekkings de vie » qui ont mal tournés ...

6.2) Les parents sont des ponts pour leurs enfants

Pour se développer normalement, un enfant a besoin de s'attacher profondément
et solidement à au moins un adulte qui va prendre soin de lui, répondre à ses
besoins pour lui faire traverser avec confiance et sécurité son enfance. Les
besoins que l'enfant exprime comme la faim, la soif, le froid, la douleur, la
tristesse, l'ennui sont vécus par lui sous forme de « détresse » . La
réponse à la détresse doit idéalement être continue dans le temps et
inscrite dans une trame de vie où l'enfant ressent un amour inconditionnel,
solide et permanent.

C'est la qualité de la réponse à la détresse par un adulte chaleureux qui va
créer chez l'enfant la capacité d'attachement et lui donner le goût de faire
confiance au monde extérieur. La ou les personnes qui tissent cette trame sont
symboliquement des ponts qui aident l'enfant à traverser les étapes de sa vie,
de son développement physique, affectif, social et cognitif en assurant sa
survie.

Chaque rupture, chaque abandon, chaque perte d'une personne significative est
vécue comme un pont qui s'écroule sous les pieds de l'enfant. Il se croyait en
sécurité avec cet adulte puis il disparaît définitivement.... Il avait
confiance en cet adulte puis il trahit cette confiance en partant.....Il sentait
qu'il était un être valable car cet adulte prenait la peine de répondre même
minimalement à ses détresses puis on l'abandonne ...... Tous ces ponts qui se
sont écroulés l'ont mis en danger. Tous ces abandons lui envoient le message
qu'il ne vaut probablement pas grand chose car personne n'assure vraiment et
définitivement sa survie et sa sécurité. Le bébé conclura que le monde
extérieur est dangereux, imprévisible, indigne de sa confiance.

Les enfants survivants aux ponts qui tombent développent une profonde phobie
des « ponts ». Chaque adulte rencontré par la suite sera à la fois objet de
convoitise car l'enfant sait instinctivement qu'il est totalement vulnérable,
qu'il a besoin d'un pont pour survivre et grandir mais aussi l'objet d'une
grande peur, d'une immense méfiance.

6.3) Pourquoi les enfants « brassent » les ponts très forts ?

Chaque parent adoptif arrive dans la vie de l'enfant en lui offrant un pont
solide, tendre, disponible, souple et fort. Nous lui offrons ce pont avec tout
l'amour que nous avons accumulé depuis des années en prévision de son
arrivée dans notre vie. Nous lui assurons que ce pont ne s'écroulera jamais

On ne peut donc pas s'imaginer qu'un bébé ou un jeune enfant ne soit pas
heureux, content et enthousiaste devant ce nouveau pont tout neuf et tout beau.
Tous les parents adoptifs s'imaginent que cet enfant s'engagera allégrement sur
leur pont et profitera pleinement de la sécurité offerte avec tant d'amour et
de générosité.

Mais voilà, la réalité est tout autre.

6.4) Le « testing » du pont au moment de l'adoption

Certains enfants plus résilients ou moins fragilisés ne testeront pas trop
longtemps ou trop vigoureusement leurs nouveaux parents. Ils vont assez
rapidement refaire confiance, accepter de s'engager sur le pont et de se laisser
aimer, protéger et guider. Ces enfants ne seront cependant pas à l'abri de
redevenir insécure sur leur pont si une tempête de la vie fragilise le pont.
Ils réagiront avec force au moindre signe que le pont perd quelques planches.
Une maman atteinte d'un cancer, un papa victime d'un accident de voiture, un
déménagement, une séparation du couple peuvent devenir des ancrages
post-traumatiques qui vont reprojeter l'enfant dans une peur incontrôlable
d'être encore abandonné, que le pont s'écroule une autre fois.

La plupart des enfants chercheront cependant à tester le nouveau pont papa et
maman pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois. Selon leurs stratégies
habituelles de survie voir le chapitre sur le trois F, l'enfant sera soit :

* Un petit « téflon » qui semble dire :« Non, vous ne m'aurez pas cette
fois-ci, je n'embarque pas sur votre pont» il sera colérique, opposant,
irritable, de caractère difficile, insatiable, inconsolable

* Un petit « velcro » qui semble dire :« J'ai tellement peur que le pont
tombe que je m'accroche désespérément à lui et je ne le quitte pas de yeux
une seule minute ni de jour ni de nuit». Il sera accaparant, insécure, agité,
toujours accroché à ses parents, pleurera pour un rien et aura des problèmes
de sommeil

* Un petit prudent et docile qui semble dire : « Je me conforme, je ne fais pas
de vagues, je suis en observation, je suis en relation utilitaire avec ce pont
et puis on verra bien. ... ». Ce sera un enfant d'apparence calme, sociable,
«facile», qui s'occupe et se console tout seul, qui ne demande pas grand
chose...

6.5) « Le testing » du pont tout au long de l'enfance et de l'adolescence de
l'enfant

Même rassuré et engagé avec confiance sur le pont après plusieurs mois dans
sa nouvelle famille, l'enfant demeure tout au long de sa vie hypersensible à
toutes les modifications, à tous les petits soubresauts physiques et émotifs
du pont par la suite. Il lui arrivera de retester le pont à chaque fois qu'il
percevra à tort ou à raison que le pont risque de s'écrouler. Un papa trop
souvent en voyage d'affaire, le décès d'un grand-parent, un déménagement,
une séparation, l'hospitalisation d'une maman, l'entrée à l'école et même
l'établissement de nouvelles règles dans la maison seront des occasions de «
danger » potentiel, de détresse chez l'enfant. Par des comportements anxieux
et opposants, l'enfant brassera à nouveau le pont très fort puis observera si
l'amour inconditionnel est toujours là ? Si papa et maman continuent de
répondre à ma détresse.

6.6) Comment être un pont solide ?

Si les nouveaux parents sont présents, calmes, empathiques, pro-actifs en
répondant à toutes les petites manifestations de détresses avec patience,
tendresse, fermeté. S'ils mettent de côté leur besoin de trouver un sens à
leur vie pour être totalement disponible à rassurer l'enfant dans ses besoins
de base. S'ils ne se laissent pas ébranler par les tentatives de l'enfant de
les fragiliser, s'ils n'y voient pas une preuve d'incompétence parentale ou une
« preuve » du rejet de l'amour qu'ils offrent si généreusement à l'enfant,
Ils passeront le test du pont. Ils deviendront aux yeux et au coeur de l'enfant
un pont solide, inébranlable, digne de confiance .L'enfant décidera de
remettre sa sécurité, sa vie entre les mains de ses nouveaux parents. Ce sera
l'étape qui servira de base pour que l'enfant commence à ressentir de l'amour.

6.7) Qu'arrive-t-il si le pont perd des planches ?

Si par contre le parent ne saisit pas les enjeux de ce testing, s'il interprète
ce testing comme de l'ingratitude, de la malice, des caprices, de la
manipulation gratuite, des graves problèmes émotifs, des problèmes
psychiatriques d'origines «génétiques », une guerre à gagner pour se faire
obéir à tout prix ou comme l'impossibilité d'être vraiment aimé par
l'enfant, ce dernier n'osera pas s'engager sur ce nouveau pont aussi beau
soit-il ...

Il faut dire que certains enfants plus fragilisés vont tester le pont avec une
violence tout à fait spectaculaire. Un parent même généralement solide qui
n'a pas été prévenu peut facilement perdre plusieurs planches et avoir le
ciment de ses piliers drôlement ébranlé. Mais le pire qui puisse arriver,
c'est que le pont interprète ces comportements comme ayant été provoqué par
lui-même, comme étant dirigé contre lui, contre sa propre personne, contre
ses capacités de maman ou de papa. Si par ignorance, le parent interprète les
mauvais comportements comme un rejet affectif de la part de l'enfant, il risque
fort de devenir réellement très fragile.
Qui pourrait alors blâmer l'enfant de ne pas vouloir marcher sur ce pont ?

6.Cool Que faire pour devenir un pont solide ?

Pour devenir et surtout demeurer un pont solide où l'enfant aura le goût de
marcher, d'aimer et de grandir, il faut plusieurs choses :

Il faut tout faire en son pouvoir pour comprendre les blessures invisibles de
notre enfant en lisant sur les problèmes d'attachement, en parler avec d'autres
parents adoptifs, aller à des conférences, à des formations. Plus vous serez
outillé et compétent à interpréter les enjeux sous les comportements de
votre enfant, plus vous serez un pont solide heureux et efficace sur lequel
votre enfant aura le goût de s'investir pour la vie.

Prendre du recul si votre enfant vous met dans le cercle vicieux du « siphon à
cerveau » en anglais « Brain Drain » ( référence : Parenting with love and
logic du Dr Foster W Cline ).

N'hésitez surtout pas à aller consulter un intervenant formé en post-adoption
qui pourra vous « coacher ».

Il faut parfois aller faire un peu de ménage émotif dans les matériaux de
notre propre pont. Si un enfant fragilisé peut ébranler un pont très solide,
c'est encore plus facile pour lui d'ébranler un pont dont les planches auraient
déjà été brisées par des expériences personnelles très pénibles...N'oubliez pas mon adage préféré : « Les enfants existent pour finir d'élever les parents ». Il faut parfois avoir l'humilité de réaliser que nous avons peut-être de vieilles blessures, de vieilles planches cassées qui ne sont pas très bien cicatrisées qui nous rendent plus vulnérables. Les
comportements difficiles de nos enfants nous envoient parfois les messages
suivant :« Je veux vraiment t'aimer et te faire confiance mais SVP répare
solidement tes blessures et je me sentirai confiant de m'engager sur ton pont».

Il faut donc prendre tous les moyens pour que l'adoption devienne enfin un
trekking sécuritaire où l'enfant reprendra confiance en la vie, l'amour et qui
lui donnera les outils pour poursuivre sainement et sereinement l'aventure de sa
vie ...
avatar
bounty
Hors catégorie !
Hors catégorie !

Féminin
Nombre de messages : 1138
Age : 49
Localisation : ancenis (44)
Date d'inscription : 30/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: trekking ou la theorie des ponts/j lemieux

Message  gagatte le Jeu 18 Mar - 16:28

J'adore ce texte! Je l'ai dans mes dossiers psy Wink

gagatte
Hors catégorie !
Hors catégorie !

Nombre de messages : 1032
Date d'inscription : 08/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum